Vous pourrez transférer la méthode MaClé ALPHA en dehors du manuel en puisant dans de nombreux ouvrages de FLE, d’autres thématiques et d’autres dialogues qui seront plus en phase avec les besoins de vos publics, tout en respectant les options pédagogiques de MaClé ALPHA (voir la page Explication de la méthodologie) ainsi que le déroulement des activités préconisées (voir Mémo formateur et Conseils pédagogiques détaillés). Il vous faudra par ailleurs retaper à l’ordinateur en gros caractères les transcriptions des dialogues des ouvrages de FLE que vous avez retenus, sans oublier de numéroter chaque ligne et de bien espacer les mots entre eux.

MaClé ALPHA n’étant pas une méthode figée, elle évoluera au gré des activités et exercices complémentaires que vous apporterez en complément de ceux préconisés (il en existe bien d’autres en effet qui, pour des questions de contrainte de place éditoriale, ne se retrouvent pas dans le manuel). A vous donc d’enrichir cette méthode !

Le manuel MaClé ALPHA peut aisément être utilisé en complément de la démarche des ASL dans l’une des trois phases (découverte, exploration ou appropriation) car les thématiques abordées dans les unités sont proches de celles des ASL. Le formateur ASL choisira ainsi la ou les phases dans lesquelles il lui paraîtra le plus pertinent d’intégrer les exercices de MaClé ALPHA.

Les formateurs en charge des groupes de l’OFII pourront également puiser dans le manuel MaClé ALPHA des activités et des exercices en phase avec les thématiques préconisées par l’OFII (l’identité, la famille, les services publics, la CAF, la santé, l’éducation, le logement, l’égalité hommes-femmes, les valeurs de la République).

Le manuel sera donc un outil complémentaire de votre démarche globale qui permettra de rassurer les apprentis lecteurs.

Selon les besoins et la demande des apprenants, vous pourrez approfondir la thématique d’une leçon. Voici quelques pistes de prolongement possibles :

S’entraîner au geste graphique : en recopiant le dialogue ou à l’aide du Cahier d’exercice scripte MaClé ALPHA pour les apprenants qui découvrent la graphie.

Faire les exercices et les activités pédagogiques de cette même thématique qui sont proposés par :

Faire une sortie en rapport avec la thématique étudiée.

Faire découvrir une chanson en rapport avec le thème de l’unité.

S’entraîner à passer un examen : en choisissant des exercices d’entrainement au DILF qui renvoient à la thématique de la leçon. Vous en trouverez sur ce site et sur http://www.ciep.fr/dilf , ou encore dans les ouvrages suivants :

M. Aguilar, C. Verdier, Le nouvel entraînez-vous – DILF A1.1 – 150 activités, Clé International, Paris 2008.

D. Duplex, Réussir le DILF niveau A1.1, Didier, Paris 2008
D. Escoufier,
abcDILFA1.1 200 exercices, Clé international, 2013.

Proposer un Atelier d’écriture sur la thématique de la leçon.

Faire créer une carte heuristique en rapport avec la thématique ou les sons étudiés dans la leçon. http://ekladata.com/kLMheYFXmBPgkdsKSpI-03vc37s/Cartes-mentales-sons.pdf

Retravailler un son et sa graphie sur le site ALPHALIRE : http://www.lepointdufle.net/apprendre_a_lire/

Cette liste n’est pas exhaustive, vous pourrez bien évidemment proposer d’autres prolongements possibles.

Ce cahier est destiné aux apprentis scripteurs qui ne possèdent aucune graphie. Vous pouvez l’utiliser de manière autonome ou en complément de l’utilisation du manuel MaClé ALPHA. A chaque son/graphème étudié dans une unité du manuel, orientez les apprenants sur le tracé des lettres du Cahier qui sont en rapport avec ce son et son graphème.

La réponse dépend d’un part du niveau de l’apprenti lecteur scripteur, d’autre part du nombre d’heures de formation hebdomadaires dont il bénéficie. Si le formateur suit toutes les phases de la méthode MaClé ALPHA (voir la page « Utilisation du manuel : Mémo Formateur ». La leçon sera certainement répartie sur plusieurs séances. Il est d’ailleurs préférable de rester sur la même thématique deux semaines minimum (selon le nombre d’heures) afin que les apprenants puissent se l’approprier. Néanmoins, il convient de ne pas lasser les apprenants et donc d’avancer dans les thématiques même si chacune n’est pas encore totalement maitrisée. Ce n’est pas gênant car la progression en spirale du manuel permet justement d’avancer en retravaillant des mots et des phrases déjà étudiés.

Vous trouverez sur ce site un exemple d’exploitation d’une unité du manuel avec des séances de 2h (voir « Exemple d’utilisation d’une unité de MaClé ALPHA avec des séances de 2h »).

Les pages de révision du manuel font parties de la Méthode MaClé ALPHA. Elles permettent à l’apprenant de visualiser sous une forme plus synthétique les mots clés et les sons travaillés dans les unités précédentes. Elles doivent être mises en relation avec les mots de la ville que croisent tous les jours les apprenants dans leur vie quotidienne.

Les pages de révisions se composent de quatre parties :

  • Une partie Mémo mots-thèmes : demandez d’abord aux apprenants de donner à l’oral les mots qui leur paraissent essentiels à lire dans le cadre des thématiques étudiées (reprendre celles des Mémo thèmes). Demandez-leur dans un second temps, de lire ces Mémo-lire thématiques. Rapportez les documents authentiques qui correspondent à ces thèmes, éparpillez-les sur une table et demandez aux apprenants de les classez par thèmes.
  • Une partie Mémo sons-graphies : demandez aux apprenants de lire ces mémos. Après la lecture d’un « mémo son-graphie » demandez-leur de vous donner à l’oral le maximum de mots qu’ils connaissent avec ce son.
  • Une partie ouverture culturelle via la découverte d’une chanson : dans le manuel, la consigne d’exploitation de la chanson est très réduite par manque de place. Vous trouverez dans le tableau des contenus et dans des fiches du formateur, des idées de titre de chansons et des pistes pédagogiques pour exploiter ces chansons avec vos groupes d’apprenants.
  • Une partie entraînement examen : à partir de la leçon Révision 2, vous entraînerez les apprenants à passer des épreuves d’un examen de type DILF (Diplôme Initial de langue française). Vous trouverez également sur ce site un DILF blanc pour les entraîner à l’ensemble des épreuves.

Par un petit brainstorming systématique en début de leçon (voir la page Mémo formateur).

En demandant aux apprenants de vous donner à l’oral les mots du dialogue qui contiennent des sons et leurs graphies déjà étudiés avant l’étude d’un nouveau son. Vous pourrez également faire surligner ses graphies à l’aide du code couleur choisi.

En faisant régulièrement relire les Mémo Lire et les dialogues des précédentes unités (ou en proposant un exercice de reconstitution de ces dialogues avec des étiquettes de phrases).

MaClé ALPHA choisit de faire découvrir à l’apprenant (et lui apprendre à automatiser) les principales règles de la segmentation des mots en syllabes : la segmentation en syllabes étant une compétence fondamentale pour la lecture comme pour l’écriture, il conviendra d’y réserver un temps d’entraînement spécifique à partir des mots importants du dialogue et/ ou contenus dans les documents authentiques en rapport avec la thématique de la leçon.

MaClé ALPHA propose d’entraîner l’apprenant à la lecture des syllabes écrites tout en lui montrant les écarts avec le langage oral : en effet, les syllabes orales (c’est-à-dire celles qui sont réellement prononcées dans l’usage oral) ne correspondent pas toujours aux syllabes écrites (celles-ci sont souvent prononcées en insistant artificiellement sur les e muets, notamment en fin de mot, une prononciation qui est plutôt naturelle pour locuteurs du Sud de la France). Néanmoins, cette segmentation qui insiste sur le e muet final, aide à fixer la forme orthographique des mots.

C’est pourquoi, nous choisissons d’entraîner les apprenants au découpage syllabique écrit et oral avec un code gestuel spécifique : claquer des doigts = syllabes orales, taper du pied = syllabes écrites. Ainsi, le mot MADAME sera décomposé en 3 syllabes écrites mais on précisera à l’apprenant que dans le langage oral, on le prononce souvent en 2 syllabes. Nous vous conseillons de toujours commencer par choisir des mots simples (sans présence de la lettre ‘e’) pour entraîner les apprenants à ce découpage syllabique écrit avant de passer à des mots plus ambigus avec un ‘e’ final.

Voici quelques pistes pour entrainer au découpage syllabique écrit et ses écarts avec l’oral :

Commencez toujours par une phase collective :

1/ sur 2 mots simples (sans « e » muet) extraits du dialogue de la leçon :

– Annoncer aux apprenants que vous allez les entraîner à bien découper les mots en syllabes. Écrivez ces mots au tableau.

– Faites frapper les syllabes de ces mots : claquer des doigts pour marquer les syllabes orales, et frappez du pied pour marquer les syllabes écrites.

– Tracez ou faites tracer des barres entre les syllabes puis des accolades sous les syllabes pour les rendre plus visibles. Faites remarquer que le nombre de lettres des syllabes varie.

2/ sur 2 mots contenants « e » muet extraits du dialogue de la leçon :

  • Ecrivez-les au tableau, puis faites-les lire.
  • Demandez ensuite de syllaber ces mots comme précédemment en frappant des pieds ou en claquant des doigts. Certains apprenants claqueront des doigts et d’autres frapperont la syllabe contenant le -e muet final. Parlez du statut particulier de ce -e muet : « Très souvent, on ne le dit pas, mais quand on veut le lire ou l’écrire, c’est mieux de le prononcer, parce que ça aide à ne pas oublier la fin du mot ».
  • Segmentez ces mots en syllabes orales en claquant des doigts, puis en syllabes écrites en frappant avec le pied.
  • Faites remarquer qu’il y a une syllabe en plus quand on prononce le -e muet (ex. té/lé/ phon’, té/lé/pho/ne.
  • Faites reformuler la règle pour être sûr que les apprenants l’ont comprise et qu’ils peuvent la redire avec leurs mots.
  • Refaites prononcer ces mots en claquant des doigts pour marquer les syllabes orales, et en frappant du pied pour marquer les syllabes écrites).

Poursuivez avec une phase individuelle ou par groupes de deux apprenants (exercice 7 du Manuel). Aidez les faibles lecteurs à déchiffrer.

Quelques règles du découpage syllabique écrit :

 

– Il y a autant de syllabes que de voyelles.

Les semi-consonnes ([w], [j] et [V]) ne comptent pas pour une voyelle : i se prononce [j], comme dans avion ([avjI]). Dans certains cas, i devant une voyelle a la valeur de [i]. On compte alors une syllabe supplémentaire : jan/vi/er.

Le -e muet en fin de mot (plus rarement, en milieu de mot) est prononcé quand on travaille sur les syllabes écrites : madame, 3 syllabes écrites : ma/da/me, samedi, 3 syllabes écrites : sa/me/di.

Quand le y est à la jonction de deux syllabes et qu’il se décompose en deux i, on coupe la syllabe au milieu du y : Lyon équivaut ainsi à Li/ion (2 syllabes).

Lorsque deux consonnes se succèdent, la coupure intervient entre les deux consonnes : mar/di. On suit le même principe : – avec les consonnes doublées : el/le, bel/le, pom/me

Pour les tr/br/cr/dr/bl/, la segmentation intervient avant la première consonne : dé/cem/bre

Pour la lettre x, placée entre deux voyelles, elle produit le son [gz] et remplace en quelque sorte deux consonnes. La syllabe sera alors coupée au milieu du x. Ainsi, exercice équivaut à eg/zer/ci/ce.

Si vous avez un doute, cliquez sur internet :

http://www.silabas.net/index-fr.php

http://www.bertrandboutin.ca/Folder_151_Grammaire/P_b_division.htm

MaClé ALPHA invite le formateur à renforcer l’acquisition d’un son et de sa graphie par le geste et la couleur car certains apprenants auront besoin du geste pour mémoriser un son et d’autres de la couleur.

Ainsi, le formateur pourra enseigner aux apprenants le geste de Borel-Maisonny à chaque son étudié à partir de la planche gestes/sons qui est à la fin du manuel. Cette gestuelle a l’avantage de mettre en valeur le lien graphique et phonétique entre certains sons (exemple : a/an, o/on, i/in).

Cette gestuelle n’est pas la seule, vous pouvez choisir d’en enseigner une autre à la place de celle de Borel-Maisonny en vous inspirant par exemple de l’ouvrage Plaisir des sons.

Par ailleurs, la mise en valeur de la graphie d’un son à l’aide d’une couleur est recommandée dans la méthode MaClé ALPHA. Elle est déjà présente dans le manuel avec 3 couleurs (rouge, violet souligné, et bleu pour les graphies des sons é et è). Nous encourageons le formateur à renforcer ce travail de code couleur (1 son = 1 couleur) en faisant surligner au fluo aux apprenants, les lettres correspondantes à la graphie du son étudié dans une leçon dans les transcriptions des dialogues. Un code couleur spécifique au groupe pourra être adopté et affiché sur les murs de la salle (ex. les graphies du son « o » seront surlignées au fluo jaune, celle du son « e » au fluo bleu, marron pour le son « on », orange pour le son « an », etc.). Il n’est pas nécessaire d’adopter une couleur pour chaque son.

En revanche, il est primordial d’en choisir une spécifique pour les graphies des sons « é » et « è » (on adoptera la même couleur pour ces 2 sons). Une fois ces 2 sons découverts (à partir de la leçon 11), le formateur demandera aux apprenants de systématiquement surligner dans cette même couleur toutes les graphies des sons « é » et « è » dans les transcriptions des nouveaux dialogues étudiés des nouvelles leçons. Ce travail systématique est indispensable pour permettre la reconnaissance des graphies complexes de ces 2 sons qui sont omniprésents dans les écrits du quotidien.

La méthode MaClé ALPHA choisit d’intégrer le téléphone portable des apprenants pour apprendre à lire et à écrite car cela répond à une forte demande de ces publics.

Dans les exercices proposés sur internet des différentes phases de MaClé ALPHA (voir Fiche « Conseils de mise en œuvre »), les formateurs sont invités à systématiquement faire écrire les mots du Mémo Ecrire sur le cahier mais aussi sur le téléphone portable des apprenants, sur une page de SMS (qui ne sera pas envoyée). L’objectif est double :

  • travailler la mémorisation de ce capital mots à l’aide du téléphone portable des apprenants ;
  • travailler la manipulation du clavier du téléphone portable des apprenants en vue de réaliser une tâche qui les intéresse énormément : l’écriture et l’envoi du court SMS.

C’est pourquoi dans le manuel de MaClé ALPHA, le téléphone est omniprésent (sous forme de conversation, sous forme d’échange de SMS, etc.).

MaClé ALPHA est avant tout une méthode (et pas seulement un manuel) c’est-à-dire une démarche pédagogique et un ensemble d’activités et d’exercices à réaliser pour faire accéder l’apprenant à la lecture et l’écriture.

Dans cette démarche, MaClé ALPHA réserve toujours un temps pour travailler avec l’apprenant les compétences « apprendre à apprendre tout seul », « apprendre à mémoriser » et « apprendre à trier, à classer ses papiers ».

Encourager l’autonomie des apprenants dans leur apprentissage est très important. Votre rôle est de leur donner les outils. Par exemple, vous leur apprendrez à lire et à utiliser le sommaire du manuel pour trouver la bonne page d’une unité. Vous leur apprendrez également à utiliser le CD ou l’enregistrement MP3 des dialogues pour pouvoir ensuite réécouter un dialogue étudié. Vous ferez aussi réfléchir à la manière dont il est possible de mémoriser des mots « pour les fixer dans la tête » (voir pistes dans la fiche « Conseils de mise en œuvre »).

Enfin, vous entraînerez régulièrement les apprenants à trier puis classer les papiers du quotidien (facture, quittance de loyer, papiers de l’école des enfants…), et à trier leur boîte aux lettres.

Si vous avez dans un même groupe des apprenants qui savent déjà déchiffrer et qui relèvent de la post-alphabétisation, vous pouvez utiliser le manuel MaClé ALPHA en le complétant par :

  • des questions écrites sur le dialogue et un dialogue à trous, qui remplaceront la phase 1 de la méthode MaClé ALPHA,
  • un travail sur la découverte d’un point de grammaire qui découle du dialogue,
  • un atelier d’écriture systématique,
  • des documents authentiques plus complexes que ceux proposés dans le manuel mais toujours en rapport avec la thématique.
  • Des tâches plus complexes que celles proposées dans la partie Action.

Avec des apprenants francophones le travail sur le lien oral/écrit sera différent de celui des non-francophones.

Pour les non-francophones, le travail de compréhension orale pas à pas est essentiel car ils ne maîtrisent pas le français oral.

Pour les francophones analphabètes de culture orale, le choix de la méthodologie de MaClé ALPHA est aussi de partir de l’oral pour entrer dans l’écrit.

Pour ces francophones, il s’agira aussi de mémoriser le dialogue afin de pouvoir le restituer aussi fidèlement que pourraient le faire des comédiens professionnels (voir le détail de cette activité de mémorisation orale dans la fiche « Travail oral sur les dialogues en amont de l’écrit avec des niveaux hétérogènes ».

Si votre groupe est hétérogène (un mélange de francophones et de non-francophones), vous mettrez les apprenants francophones sur une activité de « découverte du dialogue en autonomie » pendant que vous travaillerez avec les non-francophones le lien oral/écrit (étape 1.1 à 1.4. de la partie Je découvre le lien oral/écrit. Voir fiche pédagogique détaillée « Travail oral sur les dialogues en amont de l’écrit avec des niveaux hétérogènes ».

– La lecture des dialogues : certains apprenants auront pour but de ne lire que 1 ou 2 lignes de la transcription du dialogue pendant que d’autres viseront 3 ou 4 lignes, et d’autres l’intégralité de la transcription. Pour faciliter la lecture des grands débutants en lecture et dans le but de les rassurer, quelques dialogues ont été scindés en 2 ou 3 parties. Dans tous les cas, la lecture de la transcription des dialogues n’est pas l’objectif principal ! Ce sont les activités de la partie Action et les 3 paliers de niveau A1.1 qui sont à privilégier pour les adultes.

– L’appropriation des Mémo : il en va de même pour l’acquisition des mots des Mémo Lire et Mémo Ecrire : le nombre de mots visés doit être adapté au niveau de l’apprenant (2 ou 3 mots maximum pour les grands débutants et plus pour les autres). Le capital mots à acquérir sera ainsi variable selon le palier du A1.1 dans lequel se situe un apprenant.

– Le travail sur les sons et leurs graphies : les pages consacrées à l’acquisition d’un son et de ses graphies sont également construites pour être travaillées à différents niveaux :

→ pour les apprenants du palier 1 du niveau A1.1, l’objectif est simplement de développer leur conscience phonologique et de leur faire comprendre, qu’un mot contient des sons. L’apprenant est initié à repérer des sons dans les mots hyper fréquents qu’il rencontre dans sa vie quotidienne.

→ pour les apprenants du palier 2 du niveau A1.1, l’objectif est d’explorer le code phonie-graphie (comprendre le mécanisme) et de mémoriser la régularité de quelques graphies simples.

→ pour les apprenants du palier 3 du niveau A1.1, l’objectif est de s’approprier le code phonie-graphie des graphies simples tout en explorant quelques graphies complexes dans des mots hyper fréquent de la vie quotidienne (photo, eau, entrez, docteur,) Il s’agit aussi de développer chez les apprenants, l’esprit d’analogie (bon, bonjour, bonsoir…merci, mercredi… ma, madame, mal, malade)

→ pour les apprenants ayant acquis le palier 3 du niveau A1.1 et qui commencent à déchiffrer (publics post-alphas), l’objectif est de manipuler ce code phonie-graphie avec des graphies simples et complexes.

– Les objectifs de lecture et d’écriture : ils sont à cibler selon le niveau des apprenants

→ Pour les grands débutants vous privilégierez la maîtrise du palier 1 du niveau A.1.1 écrit avec en priorité la signalétique, les logos, les formulaires d’identité simple, les données chiffrées, 2/3 mots des Mémo Lire et 2/3 mots des Mémo Ecrire, 1 à 2 phrases des dialogues.

→ Pour les autres, vous modulerez les objectifs de lecture et d’écriture en fonction de leur niveau et de leur progression (Palier 2 ou 3 du niveau A1.1, Voir Fiche « Les 3 paliers du niveau A1.1 de MaClé ALPHA »).

La grande force de la méthode MaClé ALPHA est donc de partir d’un même support pédagogique pour travailler l’entrée dans l’écrit avec un groupe hétérogène en alphabétisation afin de s’adapter à la réalité du terrain.

Vous êtes formateurs en alphabétisation auprès des adultes, votre objectif est de faire acquérir à ces publics le niveau A1.1 en lecture-écriture dont le détail est accessible dans le référentiel : Niveau 1.1. pour le français, ouvrage co-écrit par J. C. Beacco, M. de Ferrari, G. Lhote. édité chez Didier en 2005.

Oui, la méthode MaClé ALPHA et son manuel permettent bien l’acquisition du niveau A1.1.

Ce niveau A1.1 comporte 3 paliers : Palier 1 = Découverte, Palier 2 = Exploration, Palier 3 = Appropriation… qui correspondent à différents stades d’entrée dans l’écrit (voir référentiel A1.1).

Dans les faits, vous vous retrouvez avec des apprenants « débutants dans l’écrit de niveaux hétérogènes » parce qu’ils sont souvent à des paliers différents de ce niveau A1.1 (certains ne savent pas tenir un stylo, d’autres déchiffrent quelques mots ou plus). L’objectif pour vous formateur en alphabétisation sera de faire progresser chaque apprenant à son rythme en les aidant à acquérir un palier ou plusieurs du niveau A1.1.

Vous aiderez ainsi les apprenants qui ne savent pas tenir un stylo à acquérir le palier 1, et les autres à acquérir les paliers 2 puis 3 selon leur niveau initial d’entrée dans l’écrit.

Les 3 paliers du niveau A1.1 sont présents dans le manuel MaClé ALPHA mais pour des questions de place éditoriale, ils ne sont pas intitulés comme tel. Vous pouvez donc utiliser ce manuel avec des apprenants de différents paliers. Pour connaître le détail des objectifs à atteindre pour chaque palier avec le manuel MaClé ALPHA, reportez-vous à la fiche « Les 3 paliers du niveau A1.1 écrit dans le manuel MaClé ALPHA ».

Ce n’est pas obligatoire même si la progression du manuel est en spirale (celle-ci vous permet d’avancer dans l’apprentissage tout en faisant des retours en arrière). Le manuel est justement réalisé de manière à vous laisser une grande liberté dans le choix du parcours thématique. Selon les besoins des apprenants, vous pourrez ainsi choisir de rester plus longuement sur une thématique. Vous pourrez alors choisir d’autres dialogues en rapport avec le thème dans d’autres manuels et pour continuer à avancer dans la progression de l’acquisition du code phonie/graphie ou au contraire retravailler des sons et leurs graphies déjà étudiés. Pour cela, il vous faudra transférerer la méthodologie MaClé ALPHA (voir : Comment transférer la méthode MaClé ALPHA en dehors du manuel ?).

La progression de la découverte des sons/graphèmes est également non figée. Selon les besoins des apprenants de votre groupe vous pourrez choisir d’étudier tel son et son graphème avant un autre. Il vous faudra alors créer vos propres pages de son/graphies en veillant à bien les relier à un contexte, un dialogue et à des documents de la vie réelle.

Ils sont accessibles sur le site internet : « Tableau des contenus pédagogiques détaillés ». Il est préférable que vous en preniez connaissance avant l’exploitation d’une unité pédagogique car ils vous donnent un aperçu des points que vous allez travailler avec les apprenants. Ils vous permettront également de rassembler en amont des séances les « documents authentiques » réels dont vous aurez besoin dans le cadre d’une unité. Vous pourrez enrichir ces contenus en fonction des besoins spécifiques des apprenants de votre groupe.

A l’heure actuelle, le manuel sert aussi de cahier d’exercices c’est-à-dire que l’apprenant peut et doit écrire dessus.

Oui, c’est mieux. Si l’on souhaite faire de l’apprenant, l’acteur central de son apprentissage, l’acquisition d’un manuel par ce dernier est importante. Cela évite aussi la multiplication des photocopies qui sont souvent perdues ou éparpillées par les apprenants.

Les apprenants demandent d’ailleurs souvent à posséder leur propre ouvrage. Cela renforce leur motivation et leur apprentissage de l’autonomie pour l’entrée dans la lecture. Cela leur permet également d’apprendre à utiliser un sommaire de manuel. Ce dernier a été conçu de manière à pouvoir être manipulé par un apprenti lecteur.

Par ailleurs, avec ses rabats, le manuel MaClé ALPHA offre à l’apprenti lecteur scripteur des pages très utiles pour retrouver des mots outils et « des invariants » essentiels pour accomplir certaines productions écrites de la vie quotidienne (remplir un chèque, noter un RDV, etc.). L’un des objectifs de MaClé ALPHA est de faire naître chez l’apprenant une envie d’apprendre tout seul. Des temps spécifiques d’apprentissage à l’utilisation du sommaire, des rabats et du CD sont ainsi prévus dans la méthodologie de MaClé ALPHA.

Il est donc préférable que chaque apprenant ait un manuel pour d’une part apprendre à se repérer dans un livre, et d’autre part s’approprier les contenus travaillés, et enfin pour pouvoir poursuivre son apprentissage de la lecture au-delà du cycle de formation avec vous.

Les apprenants bénéficient ainsi d’un nombre d’heures de formation variable selon les dispositifs (de 2 à 25 heures par semaine). En formation extensive (2 à 9 heures par semaine), les apprentis lecteurs n’auront pas terminé leur apprentissage de la lecture en une année. Dans ce cas-là, il est préférable pour les apprenants de repartir du même manuel d’apprentissage de la lecture d’une année sur l’autre pour rassurer les apprentis lecteurs. Si vous y ajoutez les documents authentiques complémentaires, vous ne risquez pas de lasser les apprenants en utilisant le manuel MaClé ALPHA sur plusieurs années.

Le manuel est destiné à des adultes ayant besoin d’apprendre à lire et à écrire dont le niveau à l’oral est variable (du petit niveau de français au francophone).

Il peut être utilisé avec des adultes qui sont totalement débutants en lecture écriture tout comme avec des personnes qui commencent à déchiffrer. Le manuel est conçu pour être utilisé avec des publics de niveaux hétérogènes comme c’est souvent le cas dans les cours d’alphabétisation.

Le manuel est un outil conçu avant tout pour l’apprenant et non pour le formateur, c’est-à-dire qu’il doit être mis dans les mains des apprentis lecteurs afin que ces derniers puissent le manipuler pour mieux se l’approprier.

MaClé ALPHA est avant tout une méthodologie qui invite les formateurs à renouveler leurs pratiques de l’alphabétisation pour mettre celle-ci dans une dynamique actionnelle et communicative, et dans une démarche où l’apprentissage du code phonie/graphie se fait en contexte. Les choix pédagogiques de la Méthode MaClé ALPHA sont expliqués dans la fiche « Explications de l’approche méthodologique de MaClé ALPHA » et les activités à mettre en œuvre dans cette démarche sont sur les Fiches « Conseils de mise en œuvre détaillés », « Conseils de mise en œuvre synthétisés », « Le manuel MaClé ALPHA avec des séances de 2h ».

Pour aider à la mise en pratique de cette méthodologie, les formateurs disposent à l’heure actuelle de 2 outils : un manuel et un cahier d’apprentissage de la lecture scripte.

Dans tous les cas, la méthodologie de MaClé ALPHA est transférable en dehors du manuel.

Bonne expérimentation de la méthode MaClé ALPHA !

Méthode

Actionnelle et

Communicative d’apprentissage de la

Lecture

Écriture pour adultes en

ALPHAbétisation